Distanciation sociale

J’ai découvert ce terme, en traduisant, avec quelques amis, un texte de Tomas Pueyo, Coronavirus : Why You Must Act Now, paru en anglais sur Medium. Un article publié le 10 mars et vu, dans les jours qui suivirent par 26 millions de personnes.

 

Nous avions été frappés (c’était le 11 mars) par la rigueur analytique de ce papier et secoués par les prévisions qu’il formulait.  J’avais buté sur l’expression « social distancing » et proposé « distance sanitaire » au petit collectif de traducteurs improvisés, qui a finalement retenu « distanciation sociale » car l’expression s’était déjà imposée dans la corona-langue qui était sur le point d’émerger.

Comme d’autres, je trouvais cette expression  totalement inappropriée : s’il convenait d’instaurer une « distance physique », il fallait au contraire s’appuyer sur la « société », faire appel à des ressorts collectifs pour affronter et traverser cette crise.

Comme d’autres, j’avais un vague souvenir de l’effet de distanciation dans le théâtre de Bertold Brecht qui a pour objectif d’interrompre le processus naturel d’identification du spectateur aux personnages.

Cette expression de « distanciation sociale » semblait tourner le dos aux ressources d’empathie et de solidarité qu’il nous faudrait mobiliser. Bref : un contre-sens.

Vérification faite, il y a bien eu une amorce de débat au Quebec sur l’emploi de cette expression (avec, en arrière-plan, un soupçon d’anglicisme).

« Il existe pourtant des mots simples et très justes pour exprimer l’idée de la distance physique à garder entre des personnes : espacement individuel, espacement mutuel, espacement entre personnes, distance d’écartement, distance de séparation, écartement de sécurité, etc » observe un journaliste du quotidien Le Soleil. «En français, le sens exact de distanciation sociale est l’écart entre classes sociales. Ça n’a rien à voir avec la distance qui sépare des personnes.» (Rien a voir avec Brecht, non plus).

Un débat soumis à l’arbitrage de l’Office québécois de la langue française (OQLF).Vite tranché par la publication par une fiche terminologique.

« Ensemble des mesures de santé publique mises en œuvre par la population pour réduire au minimum les contacts physiques directs et indirects entre individus et ainsi enrayer la propagation d’une maladie contagieuse.

Bien que le terme distanciation désigne communément une forme imagée de recul par rapport à une chose ou à un événement, il est également acceptable, par extension, pour désigner l’espacement physique entre deux choses ou deux personnes. L’expression distanciation sociale, dans laquelle il revêt ce sens, est utilisée par les autorités sanitaires au Québec, en France, en Belgique et en Suisse depuis le milieu des années 2000.

Certaines sources privilégient l’emploi des termes distanciation physique et éloignement physique parce qu’ils ont l’avantage d’atténuer la connotation négative associée à l’isolement social. En effet, grâce aux moyens technologiques actuels, les personnes éloignées physiquement ne perdent pas la possibilité d’entretenir leurs liens sociaux ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s