Si ce n’est pas une guerre, ça y ressemble

 « Nous sommes en guerre ». Ce mot « guerre », réitéré six fois le 16 mars par le Président de la République, a suscité pas mal de commentaires. Ironiques. Ou indignés : « ce n’est pas plus une guerre que la guerre contre le terrorisme ». « Nous ne voulons pas être gouvernés comme en temps de guerre, mais comme en temps de pandémie »

C’est vrai …Nous ne sommes pas en guerre

Nous ne sommes pas en guerre au sens où il n’y a pas d’ennemi : le Covid19 n’est pas un acteur stratégique. Il n’est pas doué de volonté et il ne réagit pas à nos actions. On ne signe pas la paix avec un virus.

Il reste que vu de l’Élysée ou de Matignon, cela ressemble pas mal à une guerre. Le Président de la République et le Premier ministre savent que chaque décision ou non-décision aura un prix élevé. En vies humaines (par milliers), en dizaines et centaines de milliards (300 milliards pour le soutien de l’économie).`

« Quoi qu’il coûte » : c’est une formule de guerre.

Lire la suite

Corona-choc

BYD, le géant chinois des batteries et des véhicules électriques, s’est doté en urgence d’une usine pour fabriquer des masques. Au moment de l’arrivée du coronavirus,  BYD a voulu fabriquer des masques uniquement pour le personnel de l’usine. Puis il a équipé les chauffeurs de bus, de taxi. BYD vient d’annoncer  la création de la plus grande usine de production de masques du monde, d’une capacité de 5 millions de masques par jour et de 300.000 bouteilles de gel hydro-alcoolique.

16 mars 2020

C’est dingue ce que cette crise révèle, jour après jour.

Nous ne sommes plus capables de lancer la production en masse d’un produit aussi simple que des masques ….

Ni celle des tests à grande échelle, alors que les Coréens en produisent 18 000 par jour

Le choc est dur : nous combattons le virus avec des techniques moyenageuses (le confinement).

Je suis le premier surpris à me voir tenir des propos déclinistes.

Virus chinois : des théories alternatives recyclent de vieux schémas narratifs pour minimiser ou dramatiser le caractére pathogène du virus de Wuhan

Le nouveau virus apparu début décembre 2019 sur un marché de Wuhan (Chine) a donné lieu à de nombreuses rumeurs et commentaires complotistes.

On voit aussi se déployer une stratégie du soupçon, articulée autour d’une batterie de questions : que nous cache-t-on ? A qui profite l’épidémie ? Jusqu’à mettre en doute l’origine animale et infectieuse du virus (pour suggérer qu’il est une création humaine). Pour minimiser son caractère pathogène. Ou au contraire pour exagérer les risques de pandémie.

Les schémas narratifs et interprétatifs mis au point et rôdés, à l’occasion des diverses épidémies qui se sont succédé : VIH, SRAS en 2003, H1N1 en 2009 – 2010, Ebola en 2014) ont laissé des traces.

Ce sont ces mêmes schémas narratifs, prêts à l’emploi, qui sont ainsi réactivés, recyclés, actualisés, pour l’épidémie du coronarovirus.

Dans les jours qui suivent l’annonce officielle de la découverte d’un nouveau coronavirus (2019-nCoV, différent des virus SARS-CoV, MERS-CoV) par les autorités sanitaires chinoises et l’OMS, les premiers doutes quant à l’origine infectieuse du coronarovirus s’expriment sur les forums d’extrême-droite (qanon et 4chan), sur les forums anti-vaccin, sur Reddit/conspiracy. Des doutes et très vite des théories, relayés sur Facebook et Twitter le 22-23 janvier, relayés, enrichis, développés par les sites les plus influents de la complosphere aux Etats-Unis (comme Infowars ou ZeroHedge) et propagés très rapidement dans le monde entier.

Ces théories alternatives s’agencent, autour de quelques récits.

  • Le coronavirus a été fabriqué dans un laboratoire destiné à la mise au point d’armes biologiques (cette théorie s’appuie et tire parti d’une coïncidence : l’unique laboratoire sécurisé P4 en Chine est justement basé à Wuhan)
  • le coronavirus avait été breveté 2 ans avant l’épidémie. Le lien vers un brevet effectivement déposé et daté du 20 novembre 2018 va tenir lieu de « preuve » (le smoking gun ») que ce virus a été fabriqué en laboratoire.
  • un complot pour forcer les gens à se vacciner : cette théorie, propagée par les communautés anti-vaccin pointe du doigt les groupes pharmaceutiques, accusés de vouloir réaliser des profits grâce à la mise au point d’un vaccin, après avoir propagé volontairement le coronavirus. Une variante affirme que la fondation Bill Gates est à l’origine de l’épidémie : elle finance l’institut Pirbright, ayant travaillé sur le virus aviaire.
  • Un virus militarisé d’origine américaine : l’État profond américain aurait introduit ce virus en Chine pour déstabiliser le régime chinois et isoler la Chine du reste du monde.